Une usine en plein air

Sur la route d’Arvekheer, Etienne a bien repéré à l’écart de la route , ce qui peut ressembler à un briqueterie.

Tsegmed empreinte une petite route qui nous conduit à cette entreprise.

briquetterie mongolie Arvekheer

Nous arrivons dans une grande cour occupée en son centre par une construction qui nous fait penser à une architecture à la Vauban. Le contre-maître accepte de nous faire visiter. Nous commençons par parcourir la chaîne de fabrication :

La terre qui provient d’une carrière locale  passe d’abord par un broyeur à cylindres, ensuite on lui incorpore du charbon , elle repasse dans un second broyeur puis un troisième .

Le tout sur des tapis arrive dans un mélangeur malaxeur ou elle est humidifiée selon le besoin.

La terre préparée arrive dans une« mouleuse » ou elle est désaérée puis filée selon la forme désirée (deux type de fabrication , briques perforées et briques pleines.)

A la sortie de la filière le long pain de brique est poussé vers un « coupeur multifilaire » qui le divise en briques.

Les briques sont ensuite transportées vers les aires de séchage. De longs tas sont ainsi stockés en plein air .

A l’heure ou nous arrivons , les ouvriers doivent faire face  a une situation peu habituelle.

Les grosses averses et orages de grêle de ces derniers jours ont littéralement lessivé et délité une quantité impressionnante de ces tas. Il sont donc obligés de reprendre les briques détruites et les renvoyer à la chaîne de fabrication.

Etienne est heureux de pouvoir pénétrer dans ce qui est le four utilisant le procédé Hoffman , il a une grande sensibilité au monde de la fabrication des briques , étant d’une famille de briquetiers depuis 3 générations.

C’est un four de cuisson en continu. Il est constitué d’un long tunnel en boucle comportant latéralement des portes d’accès.

Par ces portes sont à la fois amenées les briques pour la cuisson  et évacuées celles qui sont cuites .Si bien que tandis que des piles sont en cuisson, d’autres refroidissent, d’autres sont défournées. Une fois le défournement, on recharge de nouveau, on mure les portes, le petit feu commence et ainsi de suite.

Enfournement des briques

Défournement des briques

 

 

 

 

 

 

 

Nous accédons au dessus du four par une rampe sur laquelle un ouvrier, poussant sa brouette conduit le combustible (minerai de charbon brut) vers les puits de chauffe. Un ouvrier réparti à la pelle cette distribution.

répartition du charbon

 

 

 

 

 

Le charbon versé par ces ouvertures tombe entre les piles de briques situées au dessous où il se consume.

La température atteinte se situe entre 900 et 1000°. Chaque zone de cuisson comporte une cheminée située entre chacune des portes dans l’épaisseur de la maçonnerie et qui affleure le dessus du four.

Le contre-maître est très heureux de l’intérêt que nous portons à l’activité de cette entreprise qui emploie 40 personnes. La fabrication ne s’effectue que durant 6 mois, en dehors des périodes de grand froid. L’extraction de la terre se fait pendant cette période.

Nous repartons non sans emporter un sac d’argile pour le donner aux céramiste du symposium.

Tags: , ,

Ecrire un commentaire